Accueil > Vers l’école numérique ! > Enseigner avec le web > Ecrire avec le Web. Twitter et la twittérature

Ecrire avec le Web. Twitter et la twittérature

Les réseaux sociaux sont souvent antonymes d’écriture de qualité et de littérature. Et pourtant, les usages de Twitter à des fins d’écriture et non de simple communication sont étonnants d’inventivité. Sacrilège ou réinvention qu’en est-il de la twittérature ?


Qu’est-ce que la twittérature ?

Le mot twittérature est issu de la contraction entre Twitter et littérature. Il désigne un nouveau genre de littérature créé avec l’outil Twitter. La twittérature constitue en l’écriture de textes par une succession de messages en maximum 140 caractères. Cette forme d’écriture se caractérise donc par sa fragmentation importante et la nécessité d’un suivi régulier pour en suivre l’évolution .

La twittérature, avantages ou inconvénients ?

Il est souvent reproché à la twittérature de constituer une nano-littérature fragmentaire. Cette démultiplication des éléments est souvent vue comme une contrainte et un handicap par rapport à la littérature dite classique. Les twittérateurs s’en défendent arguant que l’ensemble des twitts constituent bien une cohérence. De plus la capacité à isoler une phrase redonne selon eux une importance à chacune de ces phrases permettant de pourvoir mieux l’isoler pour mieux la savourer. Chaque élément peut-être apprécié en contexte ou hors contexte, repris séparément ou dans son ensemble.

La twittérature, une écriture de la contrainte

De plus, la contrainte du 140 caractères constitue une contrainte d’écriture. Qu’il s’agisse de construire une phrase de 140 caractères au plus ou de 140 caractères pile cette contrainte est souvent exprimée comme une motivation créative comme peut l’être la contrainte de l’alexandrin ou d’autres formes d’écriture. Pour les twittérateurs, la contrainte (ici technique) permet la création.

La contrainte et la créativité ne se limitent pas simplement au texte mais aussi à sa forme. Ainsi à la manière des caligrammes d’Apollinaire, la twittérature peut se décliner en « callitwitts » où les 140 caractères peuvent être répartis spatialement à l’intérieur du twitt. De plus l’historique des twitts (timeline) peut constituer également un callitwitt sous forme verticale. L’ensemble des twitts compilés mettant en avant une représentation graphique.

Projet pédagogique autour d’un cali-tweet : http://fragmentsdeclasse.blogspot.fr/2013/03/un-calli-twitt-vous-avez-dit-twitteraure.html

De l’écriture aux applications pédagogiques, Twitter un outil fécond.

Au-delà de l’outil comme écriture, Twitter est également un outil pédagogique permettant de travailler en classe. On peut résumer les intérêts pédagogiques de Twitter selon les points principaux suivants :

  • Un outil permettant une écriture concise mais de qualité.
  • Un investissement des élèves car ils savent que leurs publications sont publiques et leur image est en jeu/un enjeu.
  • Un outil de communication entre plusieurs classes permettant une interactivité inter-établissement sur des projets pédagogiques similaires.
  • Un outil permettant la construction progressive d’une base de connaissances en parallèle des apprentissages.

A titre d’exemple, c’est le cas d’une utilisation en classe de mathématiques en collège par Florian Rudelle au collège Jean Rostand de Capbreton (40). Twitter est ainsi utilisé comme un support pédagogique qui sert à la fois de base de connaissance mais aussi d’outil d’échanges, de problèmes à résoudre, de publication de devoirs et de défis mathématiques possibles. A noter notamment les deux mots-dièses #defimaths et #geometwitt.

A retrouver sur https://twitter.com/6CjrCapbreton13

Sur les usages pédagogiques de Twitter voir également l’article de Christine Fiasson : http://www.cddp91.ac-versailles.fr/spip.php?article690

Quelques liens pour aller plus loin :

La twittérature, esthétique du gazouillis. Sud-Ouest : http://www.sudouest.fr/2013/03/31/la-twitterature-une-esthetique-du-gazouillis-1010760-2780.php

La twittérature : une nouvelle invention ?. Le Monde : http://www.lemonde.fr/livres/articl...

La twittérature prend son envol : http://www.lefigaro.fr/culture/2013/03/20/03004-20130320ARTFIG00525-la-twitterature-prend-son-envol.php?cmtpage=0

La twittérature : un nouveau genre littéraire ?. Le Mouv. : http://www.lemouv.fr/diffusion-twit...

Twitter, un réseau social aux problématiques littéraires : http://www.cndp.fr/ecolenumerique/tous-les-numeros/numero-8-juin-2011/focus-enseigner-avec-les-reseaux-sociaux/article/article/twitter-un-reseau-social-aux-problematiques-litteraires.html

Ecritures numériques : entretien avec Thierry Crouzet : http://www.lettresnumeriques.be/2013/06/28/thierry-crouzet-il-y-a-deux-ans-twitter-pouvait-donner-lieu-a-une-production-litteraire/

Quelques twittérateurs :

@centquarante : https://twitter.com/Centquarante

@PierPaulPleau : https://twitter.com/search?q=%40pie...

Sélection de de twittérateurs sur le site de l’ITC : http://www.twittexte.com/ScriptorAdmin/scripto.asp?resultat=673620

Pour aller plus loin et une approche linguistique des écritures numériques :

Linguistique et numérique :http://penseedudiscours.hypotheses.org/10003
(Voir particulièrement l’article 5 de la série)


Article publié le mardi 2 juillet 2013, par Charles Pucheu-Planté